Le secret de fabrication du gel douche Pure Olive

Ce que vous avez toujours voulu savoir sur la fabrication d’un gel douche Pure Olive

Il fait beau, il fait chaud, vous êtes peut-être déjà à la plage ou à la piscine, et vous vous demandez comment nous avons créé les formules des gels douches Pure Olive? Ceux que vous pouvez utiliser pour enlever le sable ou le chlore =)

Dans ces deux articles, vous allez découvrir pourquoi les listes INCI de nos gels douches sont plus longues que celles des savons liquides ou même combien de formules nous avons testées avant de décider de celle qui serait sélectionnée.

Ah, juste avant, j’allais oublier de partager avec vous le rêve qui était le nôtre : fabriquer un gel douche à la composition « 100% propre » et qui en même temps nous apporte plaisir et confort à l’utilisation. Tout un programme !

 

 

La sélection de matières premières :

Au départ nous avons déterminé les matières premières que nous ne voulions PAS utiliser dans la fabrication du gel douche : la liste est longue ! Comme vous le savez, nous avons voulu appliquer le principe de précaution « dans le doute abstiens toi ».

Bien entendu, les agents moussants ont été les premiers concernés :

Nous ne voulions pas uniquement obtenir une quelconque certification mais aller au bout d’une démarche de sélection rigoureuse. Nous avons commencé par supprimer tout ce qui est actuellement reconnu comme irritant pour la peau de certaines personnes.  Cela concerne en premier lieu les sulfates :

  • sodium laureth sulfate
  • sodium lauryl sulfate
  • ammonium lauryl sulfate

Mais nous sommes allés plus loin en décidant de bannir également des matières telle que la cocamidopropyl betaine. Elle rempalce souvent les sulfates. En effet, cette dernière est aussi soupçonnée de déclencher allergies et irritations.

Une fois certaines matières évincées, nous avons fait le travail inverse et sélectionné la liste des matières que nous nous autorisions à utiliser. Que nous restait-il alors ?

  • Le coco glucoside
  • la coco betaine
  • le lauryl glucoside
  • le sodium cocoamphoacetate
  • le sodium cocoyl glutamate
  • le decyl glucoside

Des matières premières certes plus chères et plus complexes à utiliser que celles que nous avons exclues mais quand on aime, on ne compte pas !

La seconde famille, qui est relativement « polémique », est celle des conservateurs.

Vous avez certainement entendu parler des parabens ! Il y a une dizaine d’années ont souvent été remplacés par des conservateurs de la famille des isothiazolinones : de la méthylisothiazolinone (MIT) ou de la méthylchloroisothiazolinone (MCIT). Citons également les phénoxyethanol.

Mais au fait ! Est-il indispensable de mettre des conservateurs dans un gel douche ? D’autant que nous n’en avons pas dans nos savons ? À date, oui. Le savon a un pH aux alentours de 10.10-10.20, ce qui permet de ne pas mettre de conservateur. Cet environnement basique n’est pas propice au développement des bactéries.

Le gel douche  a un pH acide (5.70 environ, proche de celui de la peau). Tant qu’on utilise ces matières premières ainsi que des flacons qui laissent entrer l’air, l’eau ainsi que les microbes venant de l’extérieur, il faudra mettre un conservateur.

Peut-être un jour aurons-nous des gels douches sans conservateur mais pour l’instant notre choix s’est porté sur ce couple potassium sorbate/sodium benzoate beaucoup employé en alimentaire. Pour autant nous avons bien fait attention à en mettre le minimum nécessaire pour éviter le développement des bactéries, et pas plus !

Le troisième type d’ingrédients contient des ingrédients aux actions différentes :

on y trouve tous ces ingrédients qui sont utilisés comme agents humectants, des agents de contrôle pour la viscosité, des antioxydants, des agents utilisés pour que les matières non miscibles puissent s’émulsifier, pour donner de la viscosité.

Une multitude de matières premières tels que les PEG, EDTA, BHT, BHA, etc dont vous avez peut-être entendu parler (pas forcément en bien 😉 car suspectés d’être irritants, d’être des perturbateurs endocriniens.

Et enfin, nous avons aussi voulu éviter d’utiliser des poudres de perlimpinpin, qui ne sont pas mauvaises en soi mais qui sont souvent utilisées pour minimiser l’utilisation des matières moussantes. Par exemple la gomme de guar ou la gomme de xanthane.

Il faut savoir que pour donner de la texture aux gels douches, en particulier ceux sans sulfates, on peut rajouter des épaississants. Cela permet que le produit tende vers une texture de gel douche conventionnel. Bien que ces ingrédients soient « sains », ils ne sont pas nécessaires à la fabrication d’un produit de qualité. Nous avons préféré mettre davantage d’agents moussants plutôt que d’ajouter des épaississants. C’est pour donner une belle texture et un confort d’utilisation avec une belle mousse !

Sur ces belles paroles, on va vous laisser méditer et puisqu’il faut en garder un peu pour la prochaine fois ! Dans la partie 2, nous verrons comment nous avons fait passer notre rêve du concept à la réalité.

 

N’hésitez pas à visiter notre compte Instagram Pure Olive France
Ainsi que notre nouvelle page Pinterest Pure Olive France
© 2018 PURE OLIVE. Tous droits réservés. | Site réalisé par Charlotte JOURDAIN
Il n"y a aucun produit dans votre panier.